Démarche


Démarche

Il y a dans l'ensemble de mon travail une forme de quête de l'absolue, de l'invisible, de l’indicible, de l'impalpable. Une recherche sur l'immensité des espaces, de ces territoires non perceptibles à l’œil, qui se superposent, s'interpénètrent, se recomposent et nous composent. Il y a au travers de cette pratique, une volonté d'abolir les frontières spatiale et temporelles, de réinterroger la position même du spectateur, tant dans son appréhension mentale et réflexive que dans sa faculté perceptive, de conduire à une nouvelle forme de contemplation où seules les impressions personnelles, l'émerveillement du premier regard, le sentiment des premiers instants comptent. Plus qu'une (re)présentation d'un lieu ou d'un paysage faisant référence à un ailleurs, c'est un appel à faire « l'expérience de l'horizon » (ref : Michel Collot), du temps, du sensible, du vivant. Il s'agit bien plus de rejoindre la pensée séculaire du « Génius loci », d'évoquer l'esprit d'un lieu, d'un espace plus vaste, d'un territoire mental, que de rendre compte d'un cadre géographique précis. C'est une approche par l'affect, une proposition à revenir aux racines de soi. C’est toute la question de la Perception qui se trouve ici présentée : une opération complexe du regard et de l’esprit qui, en organisant les données sensorielles ressenties, va nous permettre de faire l'expérience primordiale du « vivre ».